L’Ani-mal-en-point

Ch01_Q02.png

q2


Une vie animale vaut-elle moins qu’une vie humaine?


reponses

space

Voilà une question à laquelle il m’a toujours paru simple de donner une réponse, mais qui, avec les années, semble s’être complexifiée. Avant même d’y répondre, commençons par mettre en lumière un concept fondamental de notre existence : le Savoir

space

Le Savoir :  conseiller d’orientation par excellence

L’évolution de l’Homme se base sur la transmission des connaissances à travers les générations. Du parent à l’enfant. Du professeur à l’élève.

spaceexperiencesspace

Via ses expériences, l’Homme en est arrivé à la conclusion suivante : le fait de devoir lutter quotidiennement pour survivre freine son évolution. Autrefois sans loi, il a opté pour la société civile, choisissant de sacrifier une partie de sa liberté en échange d’une certaine sécurité. Cette tranquillité d’esprit permet alors à l’Homme de focaliser son énergie sur autre chose que la survie. Il a désormais du temps pour réfléchir et méditer. L’Animal, lui, n’a pas eu cette opportunité.

Prenons la pieuvre à titre d’exemple. Cette dernière veille à protéger ses œufs contre les innombrables prédateurs dont regorge la faune marine : elle se prive de manger et s’épuise jusqu’à en trouver le repos éternel.¹ source Hélas, pas la moindre de ses expériences ne pourra être partagé avec sa progéniture. La créature des abysses meurt en emportant avec elle un secret inestimable : son Savoir

G_krakan.png

space

Revenons à notre question!

Sur quoi l’Homme se base-t-il pour juger la vie d’un animal moins précieuse que la sienne? Est-ce en fonction des facultés intellectuelles? De sa culture? De ses croyances? Cherche-t-il à se distinguer des autres êtres vivants? Ou bien est-ce lié à un besoin de dominer, tout simplement?

« L’animal n’est pas capable de résoudre un problème mathématique? Eh bien, moi oui! »

Cette phrase illustre bien le mépris que peut éprouver l’Homme envers l’intelligence animale. Ce mépris engendre un sentiment de supériorité vis-à-vis l’Animal et accorde à l’Homme un accès privilégié au titre d’« Être Suprême ». Par son désir de vouloir prouver sa suprématie, peut-on qualifier l’Homme d’égocentrique?

g_tamadua_small

space

« Être Suprême », un titre à défendre? 

spacemeprisspace

Dans la première question du livre, j’aborde les risques pour l’Homme que pourrait occasionner l’émancipation — hypothétique — de l’intelligence artificielle en tant que « nouvelle espèce à part entière ».² source 

Advenant que la Machine vienne à développer une intelligence supérieure à la nôtre, quel argument emploiera-t-on pour contrer celui qui affirmera que « la vie de l’Homme vaut moins que celle de la Machine »? Se poser cette question vient en partie répondre à notre question initiale.

ring.png

up_arrow


messources


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s